Révélations du Général Amadou Aya Sanogo, lors d’une conversation avec son Avocat Me Harouna Toureh : «… J’ai conscience que ma responsabilité morale peut être engagée » «… Ce qui s’est passé dans la nuit du M 02 au 03 mai 2013 n’était … qu’une simple que

Nous vous livrons l’extrait d’une conversation entre le Général Amadou Aya Sanogo et son Avocat Me Harouna M Toureh

Général Amadou Aya SANOGO :

Mali/Constitution: la Cour constitutionnelle demande des “corrections” dans le projet de révision

Bamako, – La Cour constitutionnelle du Mali a demandé mercredi au gouvernement malien d’apporter “des corrections” au projet de révision de la Constitution qui doit être soumis à référendum, l’obligeant ainsi à renvoyer le projet devant les députés.

Dans un arrêt rendu mercredi, dont l’AFP, a obtenu copie, la Cour acccepte la requête de l’opposition malienne sur l’article évoquant la durée du mandat des sénateurs. “Cet article, tel que libellé ne mentionne aucune indication sur la durée du mandat des sénateurs désignés par le président de la République, qu’en conséquence, il y ait lieu de corriger cette omission”.

En conséquence, pour cette correction, le texte doit retourner devant les députés pour une seconde lecture. Le nouveau projet de loi acte la création d’une seconde chambre, le Sénat. Il précise qu’une partie des sénateurs est élue pour cinq ans. Mais la durée du mandat d’un tiers des membres du Sénat désigné par le président malien n’est pas précisée.

Par ailleurs, les neuf sages, ont également donné raison à l’opposition sur “la date du vote du projet de loi par les députés qui est n’est pas la bonne”. En revanche, la Cour a rejeté une autre requête de l’opposition qui évoquait l’article 118 de l’actuelle Constitution pour annuler l’organisation
du référendum.

Selon cet article, en cas d’insécurité, ou si une partie du territoire nationale est occupée, une élection ne peut pas se dérouler dans le pays”. Selon l’arrêt de la Cour, “la souveraineté du peuple s’exerce à ce jour par ses élus sur toute l’étendue du territoire national. (…) Il n’a pas été attesté d’une présence de troupes d’occupation étrangères sur le territoire malien de façon à en compromettre son intégrité au sens du droit
international”.

sd/jh

Source: AFP

Plus d’un milliard volatilisé au trésor, nominations tous azimuts, émissions de chèques sans provisions: Le directeur national au centre du scandale

Le trésor public malien qu’on a pris l’habitude de présenter comme la vache laitière du Mali est en dépérissement en raison du comportement malhabile de son directeur actuel Sidi Almoctar Oumar. A l’origine, des disparitions de deniers publics, des nominations des proches comme par enchantement, et surtout l’acception des chèques sans provisions par l’inspecteur qu’il est. Conséquences : les difficultés vont crescendo, les finances publiques en agonie, des grincements de dent et tensions en couveuse… A telle enseigne que le directeur national se trouve aujourd’hui dans l’œil du cyclone…